Menu

Nous sommes la presse pas pareille !

Libres, indépendants, alternatifs… Pas facile de s’y retrouver ! Le journal L'Age de Faire publie chaque année une carte qui regroupe les médias de la « presse pas pareille », une expression lancée par le journal Le Ravi, basé à Marseille, pour définir des journaux non inféodés aux pouvoirs politiques et économiques. (Re)bonds a été sélectionné et figure sur la carte !
Voici les critères définis par l'équipe de L'Age de Faire pour y figurer :

  • ces médias produisent essentiellement du contenu écrit, sur papier ou en ligne ;
  • ils n’appartiennent à aucun groupe industriel, financier, ni à aucun mouvement politique, syndical ou religieux ;
  • ils sont détenus par leurs salarié·es, leurs lecteurs et/ou une association ;
  • professionnels ou bénévoles, ils mènent une véritable démarche d’information, sans se cantonner à l’expression d’opinions ;
  • ils sont favorables à une société plus juste et solidaire, sans exclure aucune catégorie de personnes ;
  • la publicité n’occupe pas plus de 10 % de leurs pages.

Recherche et coordination : Lisa Giachino – Clément Villaume pour la mise à jour 2022
Infographie papier et carte interactive web © Lydia Robin
Fond de carte de France © Fanny PAGEAUD
Icônes papier et web © Maya Naruse

Cliquez sur la carte pour qu'elle s'agrandisse et pour zoomer sur les icônes.

  • Photo de couverture

    59 propositions pour libérer l'information

    En réponse à l’initiative présidentielle d’États généraux de l’information, qui suscitent désaccords et inquiétudes dans la profession, le Fonds Pour une Presse Libre (FPPL) a proposé de lancer des États généraux de la presse indépendante. Le 30 novembre à Paris, une centaine de médias, associations, syndicats, collectifs, se sont ainsi réunis, afin de produire des propositions concrètes et adaptées aux enjeux d'une information libre et indépendante : propriété des médias, droits des journalistes, réformes des aides publiques, lutte contre la précarisation des journalistes, plateformes (GAFAM) et intelligence artificielle. Ces propositions seront bientôt défendues à l'Assemblée nationale. Elles sont également présentées partout en France lors de réunions publiques ouvertes à tous.tes.

  • Photo de couverture

    Darmanin coupe les vivres à la presse libre

    Le Syndicat de la Presse Pas Pareille alerte sur les atteintes à la liberté de la presse menées par le gouvernement. En 2023, trois médias indépendants du Limousin ont été privés des subventions du ministère de la Culture. La raison ? Engagés dans les luttes environnementales et jugés « trop à gauche », ils sont sur la liste rouge du ministère de l’Intérieur de Darmanin. Censure, avez-vous dit ?

  • Photo de couverture

    En octobre, les 3e Assises intergalactiques des médias libres

    Les 3e Assises intergalactiques de la Presse Pas Pareille auront lieu les 14 et 15 octobre près de Nice. C’est LE rendez-vous de ce que notre pays compte de presse libre, contre-pouvoir loin des millionnaires, voix des sans-voix, bref les seuls médias qui valent en ces heures d’offensive conservatrice et ultra-libérale. Un week-end de débats, d’ateliers, de rencontres, et également de fête.

  • Photo de couverture

    Le Syndicat de la Presse Pas Pareille est né !

    Le samedi 15 avril 2023, divers médias indépendants se sont retrouvés à Ménilmontant pour concrétiser leur projet de fondation d’un Syndicat de la Presse Pas Pareille (SPPP). Contre Bolloré et son monde, contre les médias aux ordres, la presse libre a maintenant son syndicat de lutte. Voici nos revendications.

  • Photo de couverture

    Tribune : les médias indés menacés par l'extrême droite

    Le Syndicat de la Presse Pas Pareille alerte sur la montée des agressions et menaces venues de l’extrême droite nationaliste, et sur les risques que cela fait peser sur le travail des médias et journalistes indépendant·es visé·es par ces intimidations. L’impunité et l’aveuglement doivent cesser. Faute de quoi, il sera très vite trop tard pour freiner l'ascension du fascisme qui vient.