Comment aider les paysan·nes ?

Devenir paysan·ne ne s'improvise pas. Le chemin peut être long et semé d'embûches. Pour aider les porteur·ses de projets comme Aurélien Chartendrault (lire la rubrique (Ré)acteurs), le syndicat La Confédération Paysanne a créé une association, déclinée notamment à un échelon départemental : l'ADDEAR, Association pour le Développement De l'Emploi Agricole et Rural.

Dans le Cher, l'ADDEAR 18 est née en 2006. Elle est basée à Saint-Amand-Montrond. Ses missions ? Accompagner tous ceux et toutes celles qui souhaitent s'installer en agriculture, mais aussi les paysan·nes en activité qui ont des besoins de formation ainsi que les futur·es cédant·es qui cherchent des repreneur·ses pour leurs fermes.

Des formations vers l'autonomie

Claire Guillemet, animatrice de l'association, explique : « Notre réseau défend des fermes à taille humaine, donc des fermes nombreuses un peu partout sur le territoire. Leur existence et leur dynamisme contribuent à la vie dans les villages. » Le terme « exploitant » est peu goûté : « On n'exploite pas la terre, on la travaille, on travaille avec elle et on la respecte. »

L'association organise des temps de formation à la demande des paysan·nes, selon leurs besoins. « Par exemple, en agroforesterie, sur les sols vivants, en ostéopathie pour les ruminants… C'est très varié ! » Dernièrement, une initiation au travail du métal et une formation à la mécanique agricole ont été programmées, dans un esprit d'autonomie des adhérent·es.

Des réunions collectives sont également proposées pour leur permettre d'échanger sur leurs pratiques ou de mutualiser certains outils. « Par exemple, sur les circuits de livraison. Organiser une tournée seul n'est pas toujours évident. »

Partager ses expériences collectivement

Les futur·es cédant·es sont accompagné·es pour passer le relais en toute quiétude. thumb 183 intro« Ce sont des paysan·nes proches de la retraite. Enfin… dix ans avant l'âge de la retraite, en fait ! Parce qu'il faut vraiment bien anticiper : administrativement, foncièrement… Il faut se poser les bonnes questions pour que la transmission se passe bien. Et, lorsqu'on a suffisamment de temps, on peut même envisager qu'un porteur de projet travaille un moment avec le cédant. » Toujours en temps collectifs, les adhérent·es retraité·es peuvent partager leurs expériences, donner des conseils…

Au total, une cinquantaine d'adhérent·es sont suivi·es par l'ADDEAR dans le Cher. Auxquel·les il faut ajouter de nombreux·ses sympathisant·es. « Nous avons beaucoup de maraîchers sous le sabot, mais aussi des éleveurs… et j'ai envie de préciser, pas mal d'éleveuses : elles travaillent en couple ou sont elles-mêmes cheffes d'exploitation sur la ferme alors que le mari à un travail à l'extérieur. »

Tester son projet

Parmi les outils proposés aux arrivant·es en agriculture : « l'installation progressive ». Il s'agit d'espaces agricoles tests mis à disposition pendant un ou deux ans aux jeunes paysan·es qui expérimentent ainsi la fiabilité de leur projet. Elle est portée par la Coopération d'installation en agriculture paysanne, créée en 2018 au niveau régional (1).

De même, un pôle sur les semences paysannes permet de réaliser des expériences sur des micro-parcelles, pour observer comment les sols réagissent.

Actuellement, l'ADDEAR prépare deux événements majeurs à destination du grand public : avec le réseau CIVAM, « De ferme en ferme », une opération qui se déroule habituellement au mois de juin mais qui, Covid oblige, a été reporté au dernier week-end de septembre (2) ; et la fête de l'agriculture paysanne qui se déroulera le dimanche 25 octobre dans un élevage caprin de « jeunes installés » à Loye-sur-Arnon. « Les citoyens sont déjà proches de ces paysans parce que, pour la plupart, ils pratiquent la vente directe, souligne Claire Guillemet. Mais ces événements permettent au public de visiter les fermes et de comprendre comment fonctionne l'agriculture. C'est ça, notre rôle : créer du lien. »

Fanny Lancelin

(1) ADEAR Centre Val de Loire : http://www.agriculturepaysanne.org/ardearcentre
(2) https://www.defermeenferme.com/

Contacts

  • ADDEAR 18 : 16, rue porte de Bourges à Saint-Amand-Montrond (02.36.40.91.57.) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    https://www.agriculturepaysanne.org/addear18