Le secteur du livre : du papier au MP3

Chaque année en mars, le ministère de la Culture publie les chiffres-clés du secteur du livre. Ils permettent de savoir combien de livres ont été vendus, quels sont les titres plébiscités ou quelles sont les pratiques d'achat, par exemple. Mais ils montrent aussi l'évolution des « différents » livres : neufs ou d'occasion ; imprimés, numériques ou audio.

Les sources

L'Observatoire de l'économie du livre, service du livre et de la lecture de la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles (DGMIC) compulse les données provenant de la Bibliothèque Nationale de France, du Syndicat National de l'Edition, du Centre National du Livre, d'agences spécialisées dans les panels de distributeurs et de consommateurs ou encore de sociétés telles que la Société des Gens De Lettres.

La synthèse est publiée sur le site Internet du ministère de la Culture (1), à la veille du salon « Livre Paris », cette année le jeudi 14 mars 2019. Elle concerne les chiffres-clés 2016-2017-2018 (2019 pour les pratiques de lecture).

La production

Le nombre de titres de livres imprimés ne cesse d'augmenter : ainsi, en 2017, 81.263 titres de livres imprimés ont été produits (+ 4,2 % par rapport à 2016) et, en 2018, 82.313 titres (+ 1,3 % par rapport à 2017).

En 2018, le nombre de titres disponibles sur le marché était de 783.260 pour les livres imprimés (+ 1 % par rapport à 2017) et de 281.550 pour les livres numériques (+ 13 % par rapport à 2017).librairie

Les ventes

En 2017, 739.900 références étaient vendues au moins une fois dans l'année (+ 2 % par rapport à 2016) ; en 2018, elles étaient plus nombreuses, 748.800 (+ 1 % par rapport à 2017).

Si le chiffre d'affaires des éditeurs a globalement diminué en ventes de livres ( - 1,9 % entre 2016 et 2017), les cessions de droits ont augmenté (+ 4,4 % entre 2016 et 2017), à tel point qu'elles constituent aujourd'hui un « relais de croissance » selon le Syndicat National de l'Edition (2).
En 2017, le chiffre d'affaires des éditeurs français (livres imprimés, numériques et audio) s'élevait à 2.792 millions d'euros hors taxes (- 1,6 % par rapport à 2016).

La part des livres numériques et audio dans ce chiffre d'affaires a augmenté : elle représentait 7,6 % en 2017 contre 6,8 % en 2016.

Le nombre d'exemplaires de livres vendus en 2017 (livres imprimés, numériques et audio) était en diminution : 430 millions d'exemplaires (- 1 % par rapport à 2016).

Les exportations de livres ont légèrement progressé de + 0,2 % et représentaient 667,1 millions d'euros en 2018.

Les lieux d'achat

Premier lieu d'achat du livre neuf en 2017 comme en 2018 : les grandes surfaces culturelles spécialisées (25,5 % des livres achetés, en valeur) ; suivent les librairies qui résistent (22 %), les ventes par Internet qui progressent légèrement (20 % en 2017, 21 % en 2018), les grandes surfaces non spécialisées (19 %), la vente par correspondance et clubs (8,5 % en 2018 contre 9,5 % en 2017). Les autres lieux tels que les soldeurs, écoles, marchés, salons, etc. globalisent 4 % des ventes (chiffre stable).

Les pratiquesliseuse

En 2018, 51 % des Français ont acheté au moins un livre (ils étaient 52 % en 2017) ; 50 % ont acheté au moins un livre imprimé (51 % en 2017), 12 % au moins un livre imprimé d'occasion (11,5 % en 2017) et 4,4 % au moins un livre numérique (chiffre stable).
Parmi ceux qui ont acheté au moins un livre en 2018, 23 % en ont acheté en fait de un à quatre, 14 % de cinq à onze, et 12 % en ont acheté douze et plus. Des proportions stables par rapport à 2017.

Les prix

Toutes catégories confondues, le prix des livres a augmenté de 0,5 % en 2018 par rapport à 2017. C'est en littérature générale (y compris les livres jeunesse) qu'il a augmenté le plus (+ 1,1%).
A noter toutefois : la baisse de 4,9 % du prix des services d'édition et des livres numériques.

Les principaux secteurs

En 2017, le poids des principaux secteurs dans les ventes des éditeurs, livres numériques compris, se répartissait ainsi :
- les romans (25 %)
- les livres jeunesse (19 %)
- les ouvrages de loisirs, vie pratique, tourisme (12 %)
- les livres scolaires (8 %)
- les parascolaires, livres de pédagogie et de formation des enseignants (6 %)
- les mangas et comics (5,7 %)
- les ouvrages de sciences humaines et sociales (5 %)
- les documents, livres d'actualité, essais, humour (3 %)
- les cartes géogaphiques et atlas (2 %)
- les livres sur les arts et les Beaux Livres (1,5 %)
- les dictionnaires et encyclopédies (1,2 %)
- les ouvrages de sciences et techniques, médecine, gestion (1 %)
- les livres sur la religion (0,9 %) et l'ésotérisme (0,6 %)
- le théâtre et la poésie (0,5 %)
- les contes, légendes, romans régionaux et nouvelles (0,4 %).

Le top 30

Dans la liste des trente livres les plus vendus en 2018, on retrouve à plusieurs reprises des romans de :
- Guillaume Musso (« Un appartement à Paris » à la 1ère place, « La jeune fille et la nuit » à la 3e),
- Marc Levy (« La dernière des Stanfield » à la 7e place, « Une fille comme elle » à la 20e),
- Elena Ferrante (quatre tomes de « L'amie prodigieuse » aux 9e,,13e, 19e et 28e places),
- Pierre Lemaître (« Couleurs de l'incendie » à la 10e place et « Au revoir là-haut » à la 30e),
- Aurélie Valognes (« Mémé dans les orties », « Minute, papillon » et « En voiture Simone ! » aux 17e,18e et 29e places).

Certains ne sont pas des nouveautés puisque « Au revoir là-haut » était sorti en 2015 ou encore « Les quatre accords toltèques » de Miguel Ruiz (à la 27e place) en 2016.

En haut du classement, « Un appartement à Paris » de Guillaume Musso a été vendu à 590.000 exemplaires en 2018 ; en bas du classement, « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaître à 184.700 exemplaires en 2018.

Souligons également la présence de bandes dessinées comme « Lucky Luke 8 : un cow boy à Paris » de Jul et Achdé à la 8e place, « Blake et Mortimer, tome 25 : la Vallée des Immortels » par Yves Sente, Teun Berserik et Peter Van Dongen à la 12e place ou encore « L'arabe du futur 4 : 1987-1992 » par Riad Sattouf à la 23e place.bibliothèque

Enfin, le « poche » est particulièrement bien présent, puisqu'il occupe 13 places sur 30.
En 2017, les livres de poche représentaient 27,1 % des exemplaires de livres vendus.

La lecture

Les chiffres-clés nous informent également sur les pratiques de lecture.
Ainsi, en 2019, 91 % des Français âgés de15 ans et plus ont lu au moins un livre imprimé au cours des 12 derniers mois ; ils étaient 89 % en 2017 et en 2015.

40 % d'entre eux ont lu de cinq à 19 livres ; 26 % de un à quatre livres et 25 % ont lu vingt livres et plus.

22 % des Français ont déjà lu un livre numérique (contre 20 % en 2018) et 14 % ont déjà écouté un livre audio (contre 12 % en 2018).

Le prêt dans les bibliothèques

Lorsque les lecteurs n'achètent pas, ils empruntent : les bibliothèques municipales et intercommunales ont enregistré 279,5 millions de prêts, tous supports confondus, en 2016 dont 208,7 millions de prêts de livres imprimés ; les bibliothèques universitaires, quant à elles, ont enregistré 9,8 millions de prêts en 2017.


(1) Site du ministère de la Culture : http://www.culture.gouv.fr ; synthèse disponible sur : http://www.lettresnumeriques.be/2019/02/15/le-livre-audio-sinstalle-en-france/
(2) Lire l'article sur le site du SNE : https://www.sne.fr/economie/les-cessions-de-droit-a-linternational/

 


Une offre en plein développement

  • En quelques années, le livre audio a connu une véritable croissance en France.livre audio Pourquoi ? Le développement des technologies d'écoute y serait pour beaucoup, notamment celles qui permettent l'écoute « nomade ». De plus, la commission Livre Audio du Syndicat National d'Edition (SNE) a fait un important travail de communication auprès des libraires, afin qu'ils connaissent les spécificités de ce produit et qu'ils le conseillent mieux à leurs clients.
    Des clients qui ne sont plus seulement des personnes empêchées de lire, mais tous types de lecteurs. Une étude menée par IPSOS en 2017 a montré qu'il s'agissait généralement de grands amateurs de littérature, souvent des femmes. Les jeunes sont également séduits : sur 21 % de Français se disant intéressés par les livres audio, 93 % en ayant déjà utilisés sont des jeunes âgés de 7 à 19 ans.
    Le livre audio est connu des tout-petits et de ceux qui leur font la lecture. Les éditeurs insistent sur leur intérêt. Une étude américaine aurait ainsi montré que l’écoute de livres audio multiplierait par deux l’appétence pour l’apprentissage de la lecture, par trois l’acquisition du vocabulaire, par cinq la maîtrise de la langue et par huit la compréhension du texte.
    Les éditeurs ont conscience que ce qui était jusqu'ici une « niche » est en train de devenir un « marché-levier ». Désormais, ils tentent de faire coïncider la sortie du livre papier et sa version audio.
    Le premier salon consacré à ces livres audio a ouvert ses portes le mardi 11 juin et les refermera le dimanche 16 juin à Montreuil (1).

    Source : article paru sur le site des Lettres Numériques le 15 février 2019 et signé Elisabeth Mol : http://www.lettresnumeriques.be/2019/02/15/le-livre-audio-sinstalle-en-france/

    (1) Vox, salon du livre audio à Montreuil : https://www.salon-livre-audio.fr/