Le Pas de Côté

Face aux mastodontes de l'édition, qui publient à tour de rotatives et occupent les rayons des librairies comme on occupe un territoire – en écrasant précautionneusement les autres – des maisons résistent. Mieux, militent. C'est le cas de l'association « Le Pas de Côté » installée dans le Berry. Son slogan : « Des livres contre la machine ».

Ses fondateurs auraient pu devenir journalistes. Ils avaient suivi les études pour. Mais, finalement, Pierre Thiesset et Quentin Thomasset ont choisi le livre, un medium qui offre davantage le recul nécessaire à la réflexion et la critique.
Fin 2011, ils créent l'association « Le Pas de Côté » à Vierzon, dans le département du Cher. Le nom est inspiré d'un passage de « L'An 01 », un film réalisé par Gébé et Jacques Doillon en 1972 : « On nous dit le bonheur c’est le progrès, faites un pas en avant. Et c’est le progrès, mais ce n’est jamais le bonheur. Alors si on faisait un pas de côté ? Si on essayait autre chose ? » (1)  En 2012, l'activité d'édition démarre selon un fil conducteur précis : « Le Pas de côté proposera des ouvrages critiquant le productivisme et cherchant à promouvoir une organisation sociale conviviale, fondée sur la simplicité, l’entraide et l’autogestion. » (1)
Sur la vingtaine d'ouvrages que compte le catalogue aujourd'hui, citons ainsi « Sortir de l'économie » (Quelques ennemis du meilleur des mondes), « Le Progrès m'a tuer – leur écologie et la nôtre » (coordination La Décroissance), « Détruisons les machines » (Samuel Butler), « Décroissance ou décadence » (Vincent Cheynet)… et des pépites telles que la réédition d'essais de Léon Tolstoï, « Aux travailleurs » ou « L'esclavage moderne » par exemple.
Dernier ouvrage en date édité par « Le Pas de Côté » : « Aux origines de la décroissance – cinquante penseurs », écrit à plusieurs mains, coordonné par Cédric Biagini, David Murray et Pierre Thiesset, illustré par Stéphane Torossian, co-édité avec L'Echappée et Ecosociété. Il retrace l'histoire des résistants de l'industrialisation et de la destruction de l'environnement. On trouve, par exemple, Hannah Arendt, Jacques Ellul, André Gorce, Gandhi, Georges Orwell, Pierre Paolo Pasolini, John Ruskin, Henri David Thoreau ou encore Simone Weil... « Leurs pensées, profondes, intemporelles et clairvoyantes, exposées dans ce livre de manière claire et didactique, remettent radicalement en cause le culte de la croissance, l’esprit de calcul, la foi dans les technologies, l’aliénation par la marchandise… Elles en appellent à une sagesse immémoriale : il n’y a de richesse que la vie. » (2)

Plus de renseignements sur http://www.lepasdecote.fr/

(1) http://www.lepasdecote.fr/?page_id=2
(2) http://www.lepasdecote.fr/